top of page

« Aujourd’hui, je viens demeurer chez toi. »

Evangile du 31e Dimanche Ordinaire, Année C (Luc 19, 1-10).


Le fils prodigue, la Samaritaine, les publicains et parmi eux, Zachée et bien d’autres, ont un jour croisé le regard de Jésus. Tous ceux que l’on montre du doigt parce qu’ils ne sont pas « comme il faut », qu’ils ne font pas « tout bien », Jésus les regarde et les aime. Et nous alors ?

C’est vrai quoi ! Nous nous allons à la messe, au chapelet, à l’adoration, nous lisons la Bible. Nous donnons ce que nous pouvons à ceux qui en ont besoin. Et qu’est-ce que ça nous rapporte, hein ? La bonne conscience d’avoir fait ce qu’il fallait, d’accord ! Mais est-ce que Jésus nous regarde, nous ? Est-ce qu’il nous dit : « Aujourd’hui je viens demeurer chez toi.»?


Peut-être sommes-nous justement trop «comme il faut»… Tellement « comme il faut » que nous n’entendons plus Jésus nous dire « Aujourd’hui je viens demeurer chez toi. ». N’est-ce pas pourtant ce qu’il nous dit chaque fois que nous recevons son corps et son sang le dimanche, ou tous les jours pour certains ? Et quand nous le recevons, il n’est pas sûr que nous disions, comme Zachée : « Je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. ».


C’est le moment d’ouvrir notre cœur pour entendre Jésus s’inviter chez nous. À nous de le laisser nous interpeller et nous faire voir ce que nous pourrions partager aux autres et donner pour réparer le tort que nous leur faisons, parfois consciemment, parfois sans le vouloir. Chacun de nous a des talents, connus ou insoupçonnés, qui lui sont donnés pour le bien de tous.

21 vues

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page