Danser en plein séisme ou l’énergie de la foi

Robert Scholtus, Coll. Lessius, Ed. Jésuites, 150 p., 15 €.


Cet essai propose une réflexion sur la foi et la croyance et des pistes de réponses à une question que beaucoup se posent aujourd’hui : peut-on encore croire en Jésus et comment rendre possible cet acte de confiance ? Autrement dit, est-il possible de réapprendre à croire dans un monde où, aux yeux de nos contemporains, toutes les options se valent ?


Premier écueil que rencontrent nombre de chrétiens : s’arrêter à la vulnérabilité de Dieu pour justifier notre tiédeur et notre inaction. L’auteur invite à se laisser altérer par la misère de l’homme et vaincre par la miséricorde de Dieu.


Deuxième écueil : l’injonction à la bienveillance qui se confond souvent avec une tolérance globale confinant à l’indifférence (chacun fait comme il veut, croit ce qu’il veut). Cela n’a plus grand-chose à voir avec le sens originel du mot qui traduit l’attitude de Dieu envers chaque homme : Il leur veut du bien.


Face à la tendance à déplorer la sécularisation de l’époque, l’ouvrage est un appel à réévaluer les ressources critiques et le capital d’expérience de la foi chrétienne : un chemin d’intelligence et de sagesse, notamment par sa perception trinitaire.


La vocation des chrétiens est la suivante : devenir des passeurs, des constructeurs de ponts (pontifex), vecteurs d’un lien fragile au-dessus du vide spirituel. Ils peuvent être un aiguillon pour la démocratie en vivant concrètement la fraternité, indissociable de la liberté, de l’égalité et de la justice.

31 vues

Posts récents

Voir tout