La Transfiguration

Dimanche 28 février 2021, 2e dimanche de Carême. Evangile selon saint Marc (9, 2-10).


Il y a quelques jours, l’Église célébrait la mémoire de sainte Bernadette. Une humble fillette, qui a reçu la grâce d’entrevoir un peu de la clarté du ciel. Elle y a puisé la force d’affronter bien des épreuves sur la terre.


C’est une grâce du même ordre qui enveloppe Pierre, Jacques et Jean lorsque Jésus est « métamorphosé » (c’est le terme grec utilisé par l’évangéliste) devant eux, sur la montagne. Jésus a commencé à annoncer sa passion à ses disciples, et il les a avertis : ils auront à renoncer à eux-mêmes et à se charger, eux aussi, de la croix. C’est dans cette atmosphère sombre et pesante qu’il ouvre pour eux le ciel et leur laisse entrevoir sa gloire.

Le récit de Marc peut se lire comme une icône, dont le centre lumineux est le Sauveur transfiguré. Moïse et Élie rappellent les manifestations divines dont ils ont été les témoins au Sinaï, l’un dans le tonnerre et le feu, l’autre dans un souffle ténu. Et la voix venue du ciel confirme aux disciples que celui qui est là, glorifié, lumineux, et qui bientôt sera méprisé et humilié, est le Fils bien-aimé. La gloire évanouie, la vision estompée, il s’agit désormais d’écouter.


N’est-ce pas la parole que le Père, aujourd’hui encore, nous adresse avec force : Jésus « est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ! » ?

25 vues

Posts récents

Voir tout

Bonne Nouvelle

Sous la responsabilité des religieux Assomptionnistes de Bruxelles et de la communauté Maranatha.

 

© 2020 "Bonne Nouvelle". Augustins de l'Assomption.

Inscrivez-vous

et devenez membre du site.

Vous recevrez notre newsletter mensuelle et pourrez participer aux discussions du Forum. 

  • YouTube
  • Facebook