top of page

Nul, le mariage ?



Après avoir abordé la question des sanctions dans l’Église et celle des tribunaux ecclésiastiques, je vous propose de creuser ici le sujet des « nullités de mariage ».

Sans doute avez-vous entendu parler de telle princesse qui aurait fait «annuler son mariage» et vous vous êtes dit que les grands de ce monde ont droit à des faveurs refusées au commun des mortels. Mais qu’en est-il exactement ?


Aux yeux de l’Église, vous le savez, le sacrement du mariage est indissoluble. Il n’y a donc pas de « divorce catholique ». L’union des époux repose sur le consentement qu’ils donnent pour la vie entière. Pour cela, il est important d’être conscient de ce à quoi on s’engage : une alliance « par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants » (canon 1055 du code de droit canonique).


Or il arrive que ce consentement soit invalide : parce qu’il y a eu une contrainte physique ou psychologique, parce qu’un des époux savait qu’il ne respecterait pas l’engagement, ou encore parce qu’il y avait une difficulté psychique temporaire ou permanente telle que le ou les époux n’étaient pas à même de consentir valablement au mariage.


Si l’échec du mariage n’est pas en soi une cause de nullité, toute personne jugeant que son conjoint ou elle-même ne pouvait pas donner un vrai consentement peut déposer devant le tribunal ecclésiastique dont elle dépend[1] une demande en reconnaissance de nullité. Elle a le droit de se faire assister dans sa démarche par un avocat ecclésiastique.


Contrairement au divorce, il ne s’agit pas de mettre en cause l’autre conjoint mais de contester la validité du mariage lui-même. Une fois la nullité accordée, les personnes sont en principe libres de se remarier religieusement, à moins que certaines circonstances ne les en empêchent.

[1] En Belgique francophone, s’adresser à l’officialité interdiocésaine, Rue de l'Evêché, 1 - 5000 Namur Tél.: 081/25.10.86 E-mail: officialite@diocesedenamur.be

32 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page