top of page

Qui en veut aux catholiques

Marc EYNAUD, Ed. Artège, 2022, 226 p., 15,90 €.


C’est un constat impressionnant que dresse le journaliste auteur de ce livre, un observateur minutieux des attaques de toutes sortes que subit l’Église catholique en France. Un constat que l’on peut d’ailleurs appliquer, au moins en partie, à d’autres pays d’Occident. Profanations, incendies volontaires, violences contre les personnes, etc. L’auteur en dresse un large inventaire, qu’il analyse et commente. Dans la seconde partie de son ouvrage, il décrit les différentes catégories de ceux qu’il appelle « les incendiaires » : « antifas », «anarchistes», « islamistes militants », « islamo-gauchistes », etc. Faut-il alors désespérer ? Dans sa conclusion, l’auteur affirme que si « le monde tourne le dos au christianisme », le christianisme ne lui tourne pas le dos. Il montre aussi que ce rejet s’inscrit dans un phénomène social plus large. Enfin, il rappelle que le christianisme, même en situation marginalisée, conserve toute sa force, son espérance et sa joie. Il cite Jacques Maritain, qui disait : « Il faut avoir l’esprit dur et le cœur doux » et, commentant quelques lignes de l’Épître à Diognète, il conclut : « L’antique institution [l’Église] a survécu à la chute de Rome, aux invasions barbares, aux changements de régime plus aisément qu’à ses propres turpitudes. Les catholiques, qu’ils soient diminués, attaqués de l’extérieur ou trahis de l’intérieur, ne disparaîtront pas ».

17 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page