top of page

Rome ou Babel

Laurent DANDRIEU, Ed. Artège, 2022, 400 p., 22 €.



Voici un livre qui s’inscrit à contre-courant des valeurs qui dominent actuellement le monde occidental, de plus en plus engagé dans un processus de mondialisation. Il commence très fort, en examinant de manière critique la pertinence de la position que l’Eglise, dans la foulée du pape François, adopte au sujet de l’immigration. Il montre ensuite comment la mondialisation engendre des sociétés sans histoire et des individus sans culture et sans enracinement, alors qu’il est illusoire d’atteindre à l’universel sans passer par le particulier. L’uniformisation, entraînée notamment par les réseaux sociaux et l’usage universel d’une langue de communication réduite à un usage purement productif, détruit la « biodiversité culturelle du monde ». Or, affirme l’auteur, « l’identité nationale a aussi une valeur spirituelle ». Et il montre, notamment à travers la Tradition de l’Eglise, le Magistère et de grandes figures de la pensée chrétienne, comment l’universalisme chrétien présuppose un enracinement et ne correspond nullement à une uniformisation. Il cite ainsi Karl Adam, grand œcuméniste, pour qui la catholicité n’est autre que « l’unité dans la multiplicité et la multiplicité dans l’unité ». L’auteur applique ensuite sa réflexion au cas de la France et se pose la question de savoir si « les nations ont une âme ». Enfin, revenant à une analyse critique de certaines prises de position ecclésiales, Laurent Dandrieu met en garde contre la contamination de l’universalisme chrétien par le mondialisme. Il y voit « la tentation de Babel » qui menace « l’esprit de Pentecôte ». On l’aura compris, il s’agit d’un ouvrage de combat. On ne partagera pas forcément toutes les analyses de l’auteur, mais il aura en tout cas le mérite de faire réfléchir.