Témoignage : Laura 20 ans

Je m’appelle Laura, je suis née le 28 juin 2000. J’ai actuellement 20 ans, et j’ai l’impression d’avoir épuisé tous les crédits que la vie m’a laissés.


Comment peut-on être si fatiguée, alors que l’on commence seulement à vivre ? Je me suis tellement battue pour vivre, survivre et puis enfin revivre. Tant de batailles menées, tant de victoires sur la vie, gagnées. Puis, tant de doutes, de pleurs, de fêlures, et de maux. Tout ce que je voulais, c’était vivre, être libre.


Peut-on vraiment être libre lorsque l’on est une femme, qui plus est une jeune femme qui se cherche ? Je me le demande encore.


On m’a blessée, on m’a brisée, on m’a trahie, on m’a manipulée. J’aurais tant voulu vivre, être comme les autres, savoir accepter l’amour, mais j’ai tellement été blessée que j’ai le sentiment d’avoir été trahie avant même que ça ne commence. J’aurais tant voulu devenir une copine, une épouse, et puis une mère. Mais je doute, je doute de pouvoir atteindre cette partie de la vie.


Tout ce que j’ai réussi à récolter n’est que haine, désespoir, douleurs et peine.

Où se trouve donc mon Destin ? Est-ce tout ce que je mérite ? Je me noie, vais-je m’en sortir? Je ne ressens plus rien, je suis vide.


Si fatiguée de vivre, laissez-moi partir pour enfin être libre.


Je suis tombée tellement bas que je ne voulais même plus remonter, c’était plus facile d’être en bas qu’en haut. Mais ma chute n’a pas touché que moi, et c’est finalement l’amour et l’amitié qui l’ont remporté.


Ce sont elles qui m’ont sauvée, ces personnes qui m’ont sortie du trou. Les personnes ne m’ont pas abandonnée alors que moi-même je le fais.


Puis, un jour, j’ai réalisé que je ne souffrais pas du fait de ne pas aimer. Je souffrais du fait de trop aimer, cela est tellement différent.


Je ne retiendrai qu’une citation qui provient du livre « Les misérables » de Victor Hugo : « Vous qui souffrez parce que vous aimez, aimez plus encore. Mourir d’amour, c’est en vivre. »




21 vues

Posts récents

Voir tout