Pour entrer en Carême…


La pandémie, à laquelle nous sommes si durement confrontés, a laissé en nous un sentiment de manque qui s’est clairement exprimé à de nombreuses reprises : manque de relations humaines « en présentiel », solitude, manque de perspectives professionnelles, manque d’espérance, manque de célébration communautaire, … Au travers de tout ce que nous sommes ainsi contraints de vivre, nous expérimentons parfois les bienfaits d’un certain « tri » dans ce qui relève trop souvent de l’inutile ou du futile dans nos vies. Par ailleurs, une question reste bien présente au long des jours : « Que nous dis-tu, Seigneur, au cœur de ce que nous vivons ? »


Le temps du Carême, qui s’ouvre aujourd’hui, nous offre cette indispensable occasion de nous arrêter, de nous donner du temps, dans cette marche forcée que la vie nous impose parfois. Et cela, pour y discerner l’essentiel : la présence du Seigneur au cœur de nos existences. Une présence qui accompagne, redresse, redonne confiance, apaise, conduit, interpelle et invite à convertir davantage nos vies aux exigences de sa Parole.


Pour ce faire, en ce début de chemin de Carême, l’Évangile nous propose de redécouvrir trois attitudes fondamentales au cœur de notre foi : la prière, le jeûne et le partage. Au cœur de chacune de ces balises, le Seigneur vient et nous donne d’expérimenter concrètement ce que signifie être en communion avec Lui. La prière, au cœur du grand silence et de la paix sereine, réalise en nous le projet même de Dieu : être tout en tous. Le jeûne, au-delà des bienfaits pour notre santé, vient construire en nous le détachement nécessaire dans nos vies trop encombrées. Le partage nous amène à rencontrer nos frères et sœurs dans leurs appels et ainsi d’y discerner ceux du Christ.


Diacre Claude Gillard

62 vues

Posts récents

Voir tout

Rencontre